salon-energie.com

Energy Manager

 Qu'est-ce qu'un Energy Manager ?

Responsable énergie : apporteur de solutions
Chargé de traquer les consommations et les dépenses inutiles, le responsable énergie commence à s’imposer dans l’entreprise, en particulier dans le monde industriel.
Assure le maintien en bon état des équipements, du matériel, des infrastructures et des bâtiments. Définit et optimise les moyens à mettre en œuvre pour maintenir ou améliorer les performances de l'appareil productif en termes de coûts et de taux d'utilisation des machines. Participe aux projets d'investissements en équipements productifs nouveaux. Anime et dirige des équipes de techniciens ou de cadres. Est plutôt polyvalent dans un service interne de maintenance et plutôt spécialisé chez un prestataire de services. Peut aussi négocier et gérer le budget de son service.
http://www.cv.com/fiches-metiers/industries-technico-commerciaux-maintenance-cadres-rome-533/ROME-53321/RESPONSABLE-ENERGIE.html

Ingénieur procédés énergie
L'ingénieur procédés énergie est responsable de la réalisation d'études techniques dont l'objectif est de définir, concevoir et optimiser des procédures et des installations dans le domaine des systèmes énergétiques (gaz, électricité, nucléaire, énergies renouvelables, pétrole).

Le descriptif du poste
L'ingénieur en efficacité énergétique a notamment pour mission de mettre en oeuvre la réglementation thermique, afin d'optimiser les consommations d'énergie d'un site, d'un organisme ou d'une entreprise. Il peut exercer au sein d'un cabinet de conseil ou d'assistance MOA, un bureau d'étude ou de contrôle technique ou encore une société de maintenance et d'exploitation. 
Mettre en place des contrats de performance énergétique; réaliser un travail de veille... 

Ses principales responsabilités peuvent être: réaliser des audits énergétiques à l'aide de méthodes et d'outils variés; proposer des mesures d'amélioration de la performance énergétique et en assurer le suivi; mettre en place des contrats de performance énergétique; réaliser un travail de veille technologique aussi bien que réglementaire; animer des sessions de travail multi-acteurs en se positionnant comme expert en énergie; mener des actions de communication et de sensibilisation en interne et auprès des partenaires externes. 

Les postes de l'efficacité énergique sont ouverts à des thermiciens comme à des profils plus généralistes mais avec un parcours dans les domaines énergétiques ou le BTP. 


Définition de ce métier
Le Responsable énergie met en œuvre la politique de maîtrise de l'énergie en assurant la cohérence entre conception énergétique des équipements, exploitations des installations climatiques et gestion des dépenses d'énergie.

Autres appellations de ce métier
- Chargé de mission énergie
- Directeur énergie

Situation du métier
Ce métier s'exerce dans la catégorie A de la Fonction publique territoriale, dans la filière Technique.

Les cadres d'emploi sont les suivants
- Ingénieurs
- Techniciens supérieurs

Contexte
La nouvelle fonction de Responsable énergie devient incontournable pour toutes les entreprises qui souhaitent véritablement maîtriser leurs dépenses énergétiques.
La parution de la norme ISO 50001 montre l'intérêt grandissant pour la mise en place d'une politique de réduction de la consommation d’énergie.

Découvrir les bases de la réglementation sur l’énergie
- Pourquoi une réglementation (dérèglement climatique)
- Les réglementations liées aux bâtiments
- Les réglementations liées aux activités industrielles
- Les "Grenelle" et les gaz à effet de serre

Connaître les bases des grandeurs physiques et thermiques
- Les différents types d’énergie et leurs moyens de mesures
- Les grandeurs physiques associées
- Les principes de la thermique des bâtiments

Identifier les étapes de mise en place d’une démarche ISO 50001
- Découverte de l'ISO 50001
- Les outils nécessaires à l’identification et à la revue des aspects énergétiques 
- Objectifs, cibles et programme(s) énergétiques

Mettre en œuvre le Système de Management de l’Energie (SMEnergie)
- Rôle, responsabilité et autorité des acteurs du SMEnergie
- Les thèmes et les outils de sensibilisation du personnel 

Construire un projet de réduction de la consommation d’énergie
- Les enjeux d’un projet de réduction de consommation d’énergie 
- Les moyens à mettre en œuvre et l’anticipation des retours 
- L’équipe projet impliquée dans ce type de projet

http://www.boutique-formation.afnor.org/ecpfre/2013/environnement-energie-developpement-durable-et-sante-securite-au-travail/energie/metiers-de-l-energie/c1786


 Quelles sont ses missions ?

Que fait au quotidien un Responsable énergie
  • Conseil et assistance auprès des élus
  • Contrôle de l'exploitation des installations et suivi des dépenses d'énergie de la collectivité
  • Coordination et pilotage des projets et travaux, et gestion de la sous-traitance
  • Evaluation de la politique publique en matière de maîtrise de l'énergie
  • Gestion administrative et budgétaire du service
  • Management opérationnel du service
  • Mise en œuvre des orientations dans le cadre des programmes de rénovation ou construction d'équipements
  • Participation à la définition de la politique de maîtrise de l'énergie de la collectivité
  • Participation à la gestion des ressources humaines
  • Veille scientifique dans le domaine des marchés de l'énergie
http://concours.infotravail.com/metiers/responsable-energie.html

Missions et activités
  • Prendre en charge les projets d'études
  • Evaluer la faisabilité d'un projet : identification des contraintes et recherche d'éventuels éléments rédhibitoires, en particulier concernant les aspects techniques et réglementaires
  • Assumer le choix d'un procédé selon les caractéristiques fixées dans le cahier des charges
  • Définir la méthode d'étude de conception ou d'optimisation de l'ouvrage, de l'équipement ou du procédé
  • Concevoir un plan d'évolution dans les installations et les process
  • Concevoir la structure globale d'un système énergétique : architecture générale, choix des technologies, mise en œuvre des étapes du procédé
  • Déterminer les équipements et matériels requis
  • Analyser les contraintes en relation à la production et à la mise en œuvre des solutions techniques adoptées
  • Proposer une sélection de solutions techniques suivant l'analyse effectuée
  • Valider les plans techniques délivrés à la MO ou aux chefs de projet R&D
  • Envoyer les caractéristiques techniques des matériels et équipements à tous les acteurs du projet
  • Rédiger les notes et les rapports détaillant le fonctionnement du procédé ainsi que les règles et paramètres pour l'exploitation
  • Rédiger les programmes de tests de la nouvelle installation ou du nouveau procédé pour le compte de l'exploitant
  • Assurer la veille technologique et réglementaire
  • Capitaliser les informations et les retours d'expérience

http://www.ionis-stm.com/fiche-metier-ingenieur-procedes-energie.aspx

Qui est-il ?
Selon la taille et la structure de l’entreprise, cette responsabilité peut ne représenter
qu’une partie des tâches de la personne désignée, ou bien couvrir plusieurs sites…
Il est l’interlocuteur direct :
  • du chef d’établissement
  • du responsable environnement
  • des fournisseurs d’électricité et de combustibles
  • du service de maintenance et du service travaux neufs de l’entreprise
  • des entreprises spécialisées dans les travaux touchant à l’énergie
  • des bureaux d’études et de conseil en énergie, …

  • Quelles sont ses qualités essentielles ?
  • Il possède des compétences en énergétique (formation, expérience,…)
  • Il sait user de diplomatie, persuasion, négociation et communication quand cela est nécessaire
  • Il possède une grande capacité d’écoute, une faculté d’analyse et de synthèse
  • Polyvalence technique

  • Quels sont ses outils ?
  • Compteurs à relevés manuels ou télé-relevés
  • Des équipements de contrôle et de mesure
  • Les factures énergétiques mensuelles et les récapitulatifs annuels
  • Les données de production et toute autre donnée nécessaire au suivi
  • Des tableaux de bord permettant de suivre les ratios de consommation et les indicateurs de performance énergétique
  • Les rapports de contrôle de combustion et tout contrôle de performance des installations
  • La documentation générale touchant à l’énergie
  • La réglementation énergie

  • Utiliser les ratios énergétiques
    Ils servent à :
    - Suivre les performances des équipements
    - Analyser régulièrement les écarts pour s’améliorer
    Un ratio énergétique correspond à : la consommation d’énergie (kWh)/ quantité de référence (kg de viande produite, nombre de pièces en sortie, m3 de lait produit, etc …).
    Attention : La comparaison de ratios n’a de sens que si tous les autres facteurs à part la consommation énergétique et les quantités de référence sont égaux !

    Missions
  • Le suivi des consommations (eau, électricité, combustible, air, vapeur, calories et frigories) et des factures
  • Le suivi des résultats des actions engagées et leur maintien dans le temps
  • La rédaction et le contrôle d’exécution des contrats d’exploitation et de maintenance
  • La préparation des moyens pour l’information et la sensibilisation de l’ensemble du personnel, direction incluse, à l’utilisation rationnelle de l’énergie
  • La communication interne et externe sur les résultats obtenus et la représentation de l’entreprise lors de journées techniques
  • La veille technique et réglementaire en matière énergétique
  • L’examen, sous l’angle énergétique, de tout projet de modification de process (en particulier vérifier que tous les moyens de comptage et de gestion ont bien été prévus)
  • L’engagement de diagnostics ou d’audits énergétiques auprès de cabinets conseil spécialisés
  • La recherche de financements

  • Quelques arguments pour inciter la direction à investir dans les économies d’énergie …
  • Un gain financier souvent non négligeable : selon l’ADEME plus de 20 % d’économies sont réalisables avec les technologies actuellement disponibles dont 10 % avec un retour sur investissement inférieur à 3 ans !
  • Diverses aides sont disponibles pour mettre en oeuvre des techniques plus économiques du point de vue énergétique
  • L’exploitation d’équipements plus sûrs et plus respectueux de l’environnement
  • L’anticipation de la hausse inéluctable des prix de l’énergie et de la situation de pénurie à venir
  • http://www.limousin.cci.fr/IMG/pdf/AVRIL10_Newsletter_Responsable_ENERGIE.pdf

    Quelques bons réflexes à avoir :
  • Payer l’énergie à son prix le plus bas en choisissant correctement l’énergie la plus appropriée, le fournisseur, la tarification et son profil de consommation
  • Faire réaliser un diagnostic énergétique pour disposer d’un bilan et d’un plan d’actions hiérarchisées
  • Donner la priorité aux actions relevant du comportement, à favoriser par sensibilisation, communication, voire intéressement
  • Adapter les conditions d’exploitation
  • Adapter les équipements aux besoins réels
  • Recenser tous les rejets thermiques et les effluents valorisables
  • Valoriser les énergies récupérables au plus près du point d’émission et de préférence sur le procédé lui-même
  • Perdre le réflexe de « remplacement à l’identique » lors de changement ou d’extension d’installations. Bien savoir dimensionner son installation et étudier les solutions alternatives possibles plus performantes : utilisation directe du gaz plutôt que sous chaudière, décentralisation des moyens de production de chaleur, …
  • Éviter l’usage thermique de l’électricité si des solutions par fluide caloporteur sont plus économiques (kWh électrique 1,2 à 1,6 fois plus cher que le kWh combustible !)
  • Utiliser l’air comprimé uniquement là où il est indispensable : il est 10 fois plus cher que le kWh électrique ! (à la pression adaptée) et chasser impitoyablement les fuites et gaspillages
  • Généraliser le recours aux variateurs électroniques de vitesse sur les moteurs des pompes et ventilateurs de plus de 10 kW en service plus de 2000 h/an
  • Vérifier régulièrement les réglages et l’état des installations frigorifiques, et ajuster les consignes de température au strict besoin. Pour les remplacements ou extensions penser aux compresseurs à vitesse variable
  • Choisir des solutions d’éclairage performantes. Dans certains cas la consommation électrique des entreprises due à l’éclairage peut représenter jusqu’à 15 % !
  • Mettre en place un management de l’énergie

  • Conditions d'accès au métier de Responsable énergie
    Concours externe ou interne avec conditions de diplôme ou concours 3e voie en fonction du cadre d'emplois
    - Ingénieurs : titre ou diplôme fixé par décret
    Décret n° 90-126 du 09/02/90 modifié
    - Techniciens supérieurs : titre ou diplôme homologué au moins au niveau III des titres et diplômes de l'enseignement technologique
    Décret n° 95-29 du 10/01/95 modifié


     Pourquoi cette nouvelle fonction ?

    Energy Manager : un nouveau métier
    La hausse du prix des énergies fossiles, la dérégulation du marché de l’électricité, les contraintes environnementales ou encore les nouvelles réglementations européennes, rendent plus complexe la politique d’achat de l’énergie. Les industriels, les entreprises - tous secteurs confondus - tout comme les collectivités territoriales d’ailleurs, placent progressivement la question énergétique au cœur de leur réflexion. Les experts en énergie vont avoir à jouer un rôle considérable, aussi bien sur la maîtrise des coûts que sur la mise sous contrôle de l’ensemble des risques.

    Choisir un ou plusieurs fournisseurs d’énergie, centraliser les achats pour l’ensemble des sites industriels ou pour un groupe, développer une expertise sur les contrats de fourniture, identifier et faire respecter les engagements de consommation, sont les premières missions de ces nouveaux experts. Un deuxième aspect concerne la maîtrise des risques liés à l’approvisionnement énergétique dont il faut garantir la continuité. Enfin, le respect de l’environnement passe désormais par l’observation des contraintes réglementaires, qui s’accompagne de sanctions pour les entreprises les plus polluantes.

    Il s’agit donc bien là de nouvelles compétences, et d’un métier d’avenir. En effet, accompagner les entreprises pour passer d’une consommation mal contrôlée à une consommation raisonnée devient un véritable enjeu qui exige des compétences bien spécifiques, et cette nouvelle donne fait naître de nouvelles opportunités de carrière.

    Les clés du succès de l'Energy Manager
  • Une connaissance solide de l’environnement technique et technologique associé aux domaines de l’énergie
  • Maîtriser les mécanismes économiques régulant les marchés
  • Développer une expertise des techniques d’approche client et de négociation
  • Intégrer une vision stratégique pour anticiper l’évolution des marchés de l’énergie
  • http://www.supelec.fr/fc/masteres/management_marches_energie/Bienvenue.html

    Le marché de l'emploi du poste
    L'emploi dans l'efficacité et la rénovation énergétiques tient toutes ses promesses au second semestre 2012 et conserve son second rang sur le marché de l'emploi du développement durable. Les offres d'ingénieurs et de techniciens augmentent passent de 134 offres en début d'année 2012 à 372 en novembre de cette même année. 

    L'efficacité énergétique est incontestablement le secteur le plus dynamique du développement durable (DD) en 2012 en termes de création de postes, avec près de 26% de l'emploi du DD au second semestre 2012. 

    Les tendances 2013
    Rappelons que l'efficacité énergétique peut s'appuyer sur trois types de solutions, en général utilisées de manière simultanée: les solutions d'efficacité énergétique assistées, c'est-à-dire les différents outils permettant de mesurer plus efficacement les consommations énergétiques finales; les solutions énergétiques automatisées, soit un ensemble d'outils de pilotage intégrés qui permettent d'optimiser la consommation énergétique des utilisateurs ; les solutions énergétiques contractuelles, qui sont notamment intégrées à des contrats de fournitures d'énergie ou des contrats de performance énergétique. 

    Au titre des actualités récentes du secteur, il faut donc prendre en compte la directive "Efficacité énergétique" adoptée en octobre 2012. Ce texte vise à établir un cadre commun aux États membres de l'UE pour promouvoir l'efficacité énergétique et atteindre un objectif de 20% de réduction d'ici à 2020, représentant des économies de l'ordre de 50 milliards d'euros annuels. Dans le cadre de ce texte, chaque État membre est tenu de défini un objectif national indicatif d'efficacité, qui fera l'objet d'une évaluation de la part de la Commission européenne d'ici 2014. 

    Les principales pistes mentionnées par la directive sont: l'efficacité énergétique des bâtiments publics, reliée à l'exigence d'un rôle "exemplaire" joué par les États membres; la généralisation des audits énergétiques et l'adoption de mécanismes de financement adéquats. 

    C'est dans ce cadre qu'il faut comprendre la popularité croissante de l'"immobilier vert".
     
    On remarquera également que l'efficacité énergétique représente désormais une préoccupation bien installée pour une majorité de ménages en France, dans un contexte de hausse des prix de l'énergie. Pour 81% d'entre eux, la réduction de leur facture énergétique est une préoccupation exprimée, celle-ci étant du reste davantage motivée par des raisons économiques qu'environnementales. En revanche, une proportion plus limitée (17,5%) se déclare disposé à engager des travaux d'amélioration énergétique de leurs logements. C'est aussi dans ce cadre qu'il faut comprendre, du côté des investisseurs, la popularité croissante de l'"immobilier vert". 

    Enfin, pour les énergies renouvelables comme pour les services énergétiques, la libéralisation des marchés de l'électricité devrait aboutir à l'ouverture d'un important marché européen et à l'émergence de nouveaux acteurs, avec de fortes retombées en termes d'innovations technologiques et de création nette d'emplois. En bref, l'efficacité énergétique représente, de l'avis de tous les observateurs, un marché d'avenir particulièrement prometteur. 

    Les conseils du recruteur
    Plusieurs expériences sont aujourd'hui particulièrement recherchées, comme les diplômes de thermicien. 
    Si les profils recherchés sont assez variés, plusieurs expériences sont aujourd'hui particulièrement recherchées: les diplômes de thermicien; une expérience et un capital relationnel auprès des acteurs du BTP ou de l'habitat (collectivités, organisme de l'habitat social, investisseurs immobiliers...); une vision stratégique: nombre d'acteurs sont aujourd'hui en train de mettre en place leurs stratégies dans ce domaine et recherchent de chefs de postes en capacité de définir et déployer les actions. 
    Si votre profil intègre une ou plusieurs de ses caractéristiques, une avenue s'offre peut-être à vous. Si ce n'est pas le cas, envisagez une reconversion en plusieurs étapes. 

    Les dernières données chiffrées
    Salaire proposé dans toutes les offres et pour toutes les durées hebdomadaires :

    Chefs de projets: 372 offres d'emploi publiés au 15 novembre 2012 

    Les différents type de contrats et leur fréquence :

    http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/emploi/fiche-metier-comment-devenir-chef-de-projet-efficacite-energetique_1233308.html


     Témoignage

    Les métiers de l'énergie : des carrières d'avenir
    Réduire les émissions de CO2, améliorer l'efficacité énergétique des procédés industriels, trouver de nouvelles réserves de pétrole, développer les énergies renouvelables : les entreprises du secteur de l'énergie doivent relever de nombreux défis. Pour relever ces défis, elles ont des besoins importants en personnel qualifié.

    Entretien avec Philippe Pinchon, Directeur d'IFP School

    Quelles sont les perspectives de recrutement du secteur de l'énergie ?
    Ph.P : Les besoins de recrutement sont très importants pour deux raisons :
    Le secteur énergétique est confronté à de nouveaux enjeux : renouveler les réserves d'hydrocarbures, diversifier les sources d'énergie, améliorer l'efficacité énergétique et intégrer, à tous les niveaux, les préoccupations environnementales. Il faut donc attirer de nombreux talents pour développer les technologies du futur.
    Les besoins de renouvellement dans les métiers techniques sont considérables, compte tenu de la pyramide des âges, en particulier dans l'industrie pétrolière.
    Les formations d'ingénieur sont très cotées dans le secteur de l'énergie, où les entreprises cherchent des diplômés directement opérationnels

    Comment attirer les jeunes ingénieurs ?
    Ph.P : On observe une désaffection générale pour les carrières scientifiques et techniques. Par ailleurs, l'industrie pétrolière souffre d'un déficit d'image, voire d'une image d'industrie en déclin. Cela ne correspond pas à la réalité, et notamment au dynamisme exceptionnel dont elle fait preuve partout dans le monde.
    En même temps, les jeunes générations sont très concernées par la problématique du développement durable, laquelle est désormais au cœur de la stratégie du secteur énergétique.
    Nous devons donc communiquer plus clairement et informer, sans relâche, sur la réalité du secteur énergétique :
    - Nous sommes d'ores et déjà engagés dans une transition énergétique qui va conduire à une profonde mutation des énergies et de leurs utilisations.
    - Les défis technologiques, sociétaux et environnementaux qui lui sont associés vont donc permettre aux jeunes ingénieurs d'accéder à des opportunités de carrières variées, dans un secteur en pleine évolution.

    Quels sont les métiers d'avenir ?
    Ph.P : Les métiers liés à l'optimisation de l'exploitation du pétrole et du gaz : géosciences, simulation des réservoirs, génie des procédés, etc.
    Les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) assureront l'essentiel de la croissance des besoins énergétiques au cours des prochaines décennies. Mais comme les ressources encore disponibles sont moins accessibles et moins faciles à exploiter, il faut davantage de technologie pour les produire. L'amélioration de l'efficacité énergétique va également s'imposer dans toutes les utilisations des dérivés du pétrole et du gaz.
    - Les métiers liés au développement des nouvelles technologies de l'énergie : ingénieur chimiste, ingénieur éco-conception, etc. Le développement des biocarburants, de la chimie du végétal, des moteurs hybrides et des procédés éco-efficients offrent de nouvelles opportunités pour les ingénieurs innovants.
    Tous ces métiers ont, aujourd'hui, une forte dimension environnementale.

    Quelles sont les caractéristiques des métiers de l'énergie ?
    Ph.P : La diversité des métiers et des carrières. Il est possible d'occuper successivement des fonctions techniques et de management. Les passerelles existant d'un métier à l'autre garantissent non seulement la connaissance étendue d'un secteur, mais également une véritable progression dans les responsabilités exercées.
    - L'innovation et le haut niveau technologique. Peu de secteurs économiques sont aujourd'hui confrontés à autant de défis. Outre de solides compétences techniques, les nouveaux ingénieurs doivent pouvoir appréhender des problématiques diverses liées à l'industrialisation, l'environnement et l'acceptabilité sociétale.
    - La participation à des projets pluridisciplinaires. Compte tenu de la complexité croissante des technologies, les projets de développement deviennent de plus en plus conséquents et font intervenir de nombreux acteurs, en particulier des spécialistes de différentes disciplines.
    La dimension multiculturelle du secteur. C'est particulièrement vrai de l'industrie pétrolière où les projets ont une envergure internationale, avec une réelle dimension "terrain".

    http://www.ifpenergiesnouvelles.fr/espace-decouverte/tous-les-zooms/les-metiers-de-l-energie-des-carrieres-d-avenir